Selon un sondage réalisé en 2014 par l’Institut national du sommeil et de la vigilance sur un échantillon représentatif de 1 032 actifs, 36 % des Français dorment entre 2 et 6 heures par nuit en semaine, tandis que seuls 3 % s'abandonnent à Morphée pendant plus de 9 heures.
 
Ces chiffres illustrent bien notre comportement actuel face au sommeil. La modernité, avec le développement des TIC - ordinateurs, smartphones, tablettes… -, mais aussi la pression du travail, et la tendance à la suractivité - engendre une restriction du temps de sommeil chez beaucoup d’entre nous. Les études montrent que ces nouvelles habitudes comportent plus de risques qu'il n'y paraît.
 
Neurobiologiste, directrice de recherches à la faculté de médecine de la Pitié-Salpêtrière à Paris, Joëlle Adrien fait le point sur les risques auxquels nous nous confrontons à sous-estimer l’importance de notre sommeil et malmener nos rythmes biologiques.
Ariane CHARRIAU , le 26 Février 2015

 

http://www.thinkovery.com/quoi-sexpose-t-en-reduisant-son-temps-de-sommeil

 

mini conférence vidéo disponible sur le site en suivant le lien ci-dessus