Une part de mon coeur est mongole

ça vient de si loin!!!

 

Je ne vais pas reprendre toute l'histoire, elle se trouvait ici et sur kaleidoscope et a disparu du web! nous n'en avons plus que les titres pour le moment!

Brièvement: mon lointain aïeul paternel était Genghis Khan. Je referai des notes ici à l'occasion...

 

 

Par contre je vais vous conter l'histoire de Uudam (Wuda Mu), jeune mongol né le 9/9/1999:

j'ai trouvé une vidéo où ce garçon alors âgé de 12 ans chante  une chanson mongole d'une voix sure et fraîche, pure et forte 

le sens de cette chanson est celui-ci:

"maman quand tu me manques tant,
que je voudrais que tu reviennes!

je pense à toi et je te rêve
je me noie dans tes yeux calmes
j'y puise la force

"Dans la yourte
maman chérie
c'est toi l'unique qui m'enseignait le nom de la vie"

je te rêve et je t'attends
je te vois préparer le lait et l'offrir aux dieux
pour qu'ils nous comblent de bienfaits
je t'entends prier
je te vois au travail, tôt dans la brume alors que le soleil se lève

tu prépares le thé qui nous réjouira

moi je vais me réveiller
reviens vite

j'enfourche l'oiseau d'argent
et je m'envole jusqu'à l'horizon
je plane
mais le rêve touche à sa fin

j'arrive maman
ton fils arrive
attends-moi!"

 

 

il aime à la chanter lorsque sa maman lui manque trop, elle s'appelle "Mère en rêve", il pense que la nuit, lorsqu'il dort, sa mère est à l'horizon lointain, auprès des yourtes et qu'elle est très proche de lui

 

son histoire est tourmentée, il vivait à la yourte avec ses parents très pauvres qui espéraient en des jours meilleurs. Tout petit, déjà, à 6 ans, il interprétait des chants folkloriques.
Il devient orphelin de mère d'abord, puis de père à la suite d'accidents de circulation, il est élevé par ses parrains, qui ont une fille plus âgée que lui. Ces gens:  Buren et Bayaer Wurina, sont directeurs d'une école à Hulunbuir. Il a donc quitté les yourtes et la ruralité pour fréquenter une école citadine, et son désir est à présent d'aller à l'université.

Très choqué et abattu après la mort de ses deux parents, il a repris le dessus, c'est un enfant très calme qui garde tous ses sentiments dans l'intériorité, il prend beaucoup sur lui, c'est un coeur vaillant mais sa maman lui manque énormément.

 

Dans une seconde vidéo, il chante avec son parrain, sa marraine et leur fille, une chanson dédicacée au père et qui parle de l'amour filial: "Père"

Ils ont de bien belles voix ces mongols!

 

 

je suis allée chercher de la word-music trad mongolienne:

▶ Mongolian Music & Song "Fleecy Clouds" by Dolgormaa (HD) - YouTube

Traditional Mongolian Music & Song "Three Beautiful Chestnut Mares" - YouTube

▶ Mongolian Music & Song 2013 ~ Daoligeerma ( 2 ) - YouTube

à comparer avec la world-music trad tibétaine:

▶ Tibetan Song 2014 by Yedoltso ( 2 ) - YouTube

 

étonnant! autant les voix que les costumes pour ce qui est de la Mongolie

 

ayant aperçu un paon dans la vidéo sur l'art d'une peintre mongole:

 

 

je suis allée rechercher trace du paon dans la civilsation mongole et voilà l'issue de ma recherche:

 

- un livre sur un voyage en Mongolie en 1820-1821, que l'on peut lire en ligne

- au sujet du paon:

une expression: "Trône du Paon" est le nom du trône des shah d'Iran, bien que cette appellation soit d'origine mongole. Le thème des paons est traditionnel dans l'art de la Chine. On le trouve en Chine sur de grands plats décorés en bleu sous la couverte de la période mongole, il est symbole de paix et de prospérité, de beauté.

 Le paon est également considéré comme un animal bénéfique, qui détruit serpents et vermines, il est un symbole de transmutation spontannée puisqu'il absorbe le venin des serpents. Il est aussi le symbole de la destruction des attachements temporels et corporels.

En Mongolie on fait des éventails en plume de paon, la plume orne les bonnet de castors en hiver, elle est offerte en récompense par l'empereur aux valeureux soldats défenseurs, ils les portent sur leurs casques.

 

 

par ailleurs, toujours au sujet du paon, j'ai pu écrire ceci:

Une légende soufie, probablement d’origine persane, dit que Dieu créa l’Esprit sous forme d’un paon et lui montra sa propre image dans le miroir de l’Essence divine. Le paon fut saisi d’une crainte respectueuse et laissa tomber des gouttes de sueur dont tous les autres êtres furent créés. Le déploiement de la queue du paon symbolise le déploiement cosmique de l’Esprit.

Le paon blanc, dont les plumes sont dépourvues de mélanine, reflète l’intégralité du spectre lumineux, d’où l’absence de couleurs.

La symbolique du paon est très riche:
paix, prospérité, fertilité, immortalité, âme incorruptible
il est également l'emblème de la dynastie solaire birmane