extraits trouvés sur un article de buzz-littéraire.com

 

« …des gens satisfaits de leur vie dans la tour, des représentants d’une nouvelle race qui ne voyaient aucun inconvénient à vivre dans un paysage anonyme de béton et d’acier, qui ne cillaient pas devant l’invasion de leur vie privée par des officines gouvernementales et des organismes de classement de fiches et d’analyses de données – mieux : qui accueillaient peut être favorablement ces manipulations invisibles, certains de pouvoir les utiliser à leurs propres fins. Ils étaient les premiers à maîtriser un nouveau mode d’existence du XX me siècle finissant. L’écoulement rapide des amitiés et des connaissances, l’absence de contact réel avec autrui avait tout pour les satisfaire ; l’autonomie de leurs existences était complète, puisque n’ayant besoin de rien, ils n’étaient jamais déçus. »

Ballard 1975



Un petit extrait comme ça en passant...

"La vie se passe comme ça: vous naissez, vous mourez, et entre les deux, vous avez mal au ventre. Vivre, c'est avoir mal au ventre, tout le temps: à 15ans, mal au ventre parce que vous êtes amoureuse; à 25 ans, parce que vous êtes angoissée par l'avenir; à 35 ans parce que vous buvez; à 45 ans parce que vous travaillez trop; à 55 ans parce que vous n'êtes plus amoureuse; à 65 ans parce que vous êtes angoissée par le passé; à 75 ans parce que vous avez un cancer généralisé. Dans les intervalles, vous n'aurez fait qu'obéir à vos parents, puis aux professeurs, puis aux patrons, puis aux maris, puis aux médecins. Parfois vous vous doutiez qu'ils se foutaient de votre gueule mais il est déjà trop tard, et un jour, l'un d'entre eux vous annonce que vous allez mourir et alors, sous la pluie, on vous range dans un coffre en bois, sous la terre du cimetière de Bagneux. Vous croyez être épargné? Tant mieux pour vous. Quand vous lirez ceci, je serai morte. Vous, vous vivrez, et moi, pas. N'est-ce pas bouleversant? Vous vous promènerez, vous boirez, vous mangerez, vous baiserez, vous aurez le choix et moi, je ne ferai rien de tout cela, je serai ailleurs, dans un endroit que je ne connais pas plus que vous, mais que je connaîtrai au moment au moment où vous lirez ces lignes. La mort nous sépare. Ce n'est pas triste, c'est juste que nous sommes, moi la morte et vous qui lisez cette lettre, de chaque côté d'un mur infranchissable et que pourtant nous pouvons parler. Vivre et entendre un cadavre qui vous parle: c'est pratique, Internet."

Votre fantôme favori,
Sophie"
(extrait de 99 francs)Frédéric Beigbeder




Imaginons l'usage de Facebook et de la toile Internet au temps du régime de Vichy, au temps du maccarthisme, de la Révolution Française et de la chasse aux sorcières etc.
Maintenant imaginons leur rôle dans les quelques jours, semaines, mois, années à venir en période de grande crise voire guerre mondiale, je cite avec clairvoyance hélas des banques, usines, entreprises saccagées, des patrons et riches dénoncés puis massacrés sur la place publique, quelques regroupements visant à détruire une cible bien précise ou pourquoi pas un génocide de classes. Internet est un outil de destruction massive entre les mains de communautés n'ayant plus rien à perdre et prêtes à en découdre.
Pourquoi ? Parce que qui mieux qu'Internet aujourd'hui permet de rassembler, d'unir, d'unifier, de diviser aussi en de nombreux groupuscules "invisibles". Réseaux de drogues, trafics en tous genres, pédophilie, terrorisme etc. Tous ont su trouver en Internet un allié moderne, discret et puissant. Internet, Facebook et consorts fort de leurs centaines de millions (milliards ?) de connectés est une foumillière à l'échelle de la planète, la Reine (ou Propagande) n'attend pu que de donner l'ordre et les foumis furax s'organiseront et livreront bataille, c'est une perspective certes terrifiante mais l'histoire et la réalité ne l'ont-ils pas été moins jadis ?

Bonsoir à tous ! A méditer.

Sésame.

 

source