* Inspirée *

Je sais, ce n'était ni le moment, ni l'endroit,
De te parler tout haut, de te parler de toi,
Mais ce soir la pourtant, j'aurais aime te dire,
D'arrêter d'faire semblant, d'arrêter de courir

Tu coures après ta vie ou plutôt tu la fuis,
Tu roules a tout allure pour éviter l'ennui,
T'avances sans réfléchir, tu vas tambour battant,
Sans regarder derrière, ni derrière ni devant.

Tu as pris tellement de trains, jouer sur les hasards,
Tu t'es perdu 100 fois, pour quoi, pour un regard ?
Et tu cherches dans leur lit ta jeunesse disparue,
Leur laissant au matin tes illusions déçues.

Tu as beau essayer d'échapper a tes peurs,
De jouer a cache-cache avec le mot bonheur,
Tu regardes défiler l'amour sur leurs visages,
Et tu te gardes bien de poser tes bagages.

Je te vois distribuer des fragments de "je t'aime"
Tu les déposes la sans savoir ou tu sèmes,
Tu récoltes des bravos et puis quelques sourires,
Et c'est assez pour toi qui ne veux plus souffrir.

Et pourtant crois moi, je t'en fais le serment,
Tu pourrais être heureux si tu le veux vraiment,
Si tu écoutes ton cœur plutôt que tes angoisses,
Si tu laisses tes rêves reprendre enfin leur place.

J'aurais aimé te dire que la vie c'est pas ça,
Que tu mérites bien mieux que tout c' que tu fais la,
J'aurais aime pouvoir enfin te prendre la main
Et te montrer la voie d'un tout autre chemin.

Celui ou l'amour seul bouscule toutes les raisons,
Chasse les doutes et les peurs de tous nos horizons
Celui ou l'on prend le temps de vraiment se poser
Pour écouter son âme nous apprendre a aimer.

source