une réponse à D C, voir le commentaire

 

http://img11.hostingpics.net/pics/958987sin.jpg
 

Le texte de cette affiche (vintage)

"If you don't sin, Jesus died for nothing" , arborée à présent en T-shirts

est dans la même lignée que cette phrase reprise par le St curé d'Ars (fin XVIIIème):

"Bienheureuse faute qui nous valut un sauveur!",

phrase attibuée originellement à Innocent III, pape du XII ème siècle,  qui ne fut pas consacré prêtre, mais diacre (en effet point n'est besoin d'être prètre pour devenir pape: tout chrétien baptisé de sexe mâle est en théorie susceptible de monter sur le trône de Saint Pierre)
C'est sous son règne qu'apparut le "poverelo" St François d'Assise.


Le véritable texte biblique d'où est extrait ce "raccourci" in english "If you don't sin, Jesus died for nothing"
est le suivant:


"Or si en cherchant à être justifiés par Christ, nous sommes également trouvés pécheurs, Christ est-il pour autant ministre du péché? certainement pas!
J’ai été mis à mort avec le Christ sur la croix, de sorte que ce n’est plus moi qui vis, mais c’est le Christ qui vit en moi. Car ma vie humaine, actuelle, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et a donné sa vie pour moi. Je refuse de rejeter la grâce de Dieu. En effet, si c’est au moyen de la loi que l’on peut être rendu juste aux yeux de Dieu, alors le Christ est mort pour rien."
(Galates 2)

Ce texte biblique signifie que "ce n'est pas la pratique d'une loi qui rend l'homme "juste", mais l'adhésion à la foi et à la personne d'un Dieu fait homme par amour."

Ce texte est un débat contemporain aux premiers apôtres au sujet des juifs et des non juifs.
Un débat qui opposait les tenants de "la loi justifie le pêcheur"
et de "la grâce justifie le pêcheur",
un débat théologique à l'intérieur de l'église naissante.

Si le croyant peut se rendre juste en observant un "code", une "loi" en 10 points, il n'a pas besoin qu'un Dieu se penche sur lui pour venir à sa rencontre.


Pour moi, l'évidence est la suivante: c'est "gonflé" de prendre un bout de texte, et d'en faire une "devise" sensée "prouver" un propos éloigné du propos initial, pour moi cette pratique et son "message" ne sont pas recevables.

 

Cependant, avec St Paul "Tout concourt au bien..."

et Georges Bernanos (Un curé de campagne) "Tout est Grâce"

je me dis également que la Grâce peut passer partout,

même par des fautes de goût et de syntaxe réthorique!
 

 

 Fleurdatlas (édition revue,j corrigée et complétée par DJM)